L’ostéopathie psychosomatique dans les traumatismes à l’aide de l’exemple de l’intégration bifocale
Psychosomatische Osteopathie

L’ostéopathie psychosomatique dans les traumatismes à l’aide de l’exemple de l’intégration bifocale

Inhaltsverzeichnis

Résumé

Les expériences psycho-émotionnelles traumatisantes se manifestent souvent par des états d’éveil avec hyperactivité sympathique ou par un comportement d’immobilisation et de retrait. Une personne ayant un passé aussi traumatisant peut montrer une réaction autonome qui la maintient dans un état de défense continu, qui avec le temps devient un facteur de stress. De même, le stress associé aux schémas dysfonctionnels de l’expérience somato-énergétique survenant au cours d’un traitement ostéopathique peut être lié aux symptômes et aux plaintes du patient. Dans cet article, les auteurs discutent d’une approche ostéopathique du traumatisme psycho-émotionnel et du dysfonctionnement somatique-psychique en utilisant l’ostéopathie psychosomatique comme exemple d’intégration bifocale multimodale (IBM). L’accent est mis ici sur la promotion de la relaxation physique et mentale et sur l’implication active du patient dans le processus de guérison. Le rôle des thérapies corps-esprit est discuté, en tenant compte des méthodes de traitement neuro-psycho-physiologiques. L’accent est également mis sur la pratique clinique et une introduction aux différents éléments du traitement ostéopathique, y compris le contexte et l’intégration de la dynamique descendante et ascendante dans le diagnostic et la thérapie.

Mots-clés:

Intégration émotionnelle, thérapie corps-esprit, traumatisme psychoémotionnel, traumatisme, ostéopathie psychosomatique, dysfonctionnement somatique-psychique

Un traumatisme psycho-émotionnel est généralement considéré comme un événement psychologique ou physique très stressant. Un traumatisme peut être défini comme un „événement stressant inévitable qui submerge les mécanismes d’adaptation existants des personnes“ [1]. Cette définition du traumatisme inclut les réactions à un événement singulier tel qu’une catastrophe naturelle, un accident, un décès ou un crime, ainsi qu’à des expériences récurrentes telles que les abus, la négligence, les relations violentes et les déficits dans la satisfaction des besoins et la construction de relations (privation) dans l’enfance [2]. Il est important de comprendre que l’événement traumatisant est défini dans le contexte de l’expérience de l’intéressé – lorsque deux personnes vivent la même chose, l’une peut se sentir traumatisée, l’autre non [3].

Les effets des expériences traumatisantes peuvent être multiples. Par exemple, les personnes qui ont vécu un traumatisme peuvent développer de l’anxiété et de la dépression, de la toxicomanie, des troubles alimentaires, des troubles de la personnalité ou un syndrome de stress post-traumatique (SSPT) [2]. Les enfants et les adultes traumatisés peuvent perdre leur capacité à transformer leurs émotions en actions efficaces. Ils peuvent ne pas être capables de reconnaître leurs propres sensations, sentiments et conditions physiques et peuvent avoir des difficultés à reconnaître les états émotionnels et les besoins des autres [4].

Au niveau physiologique, le traumatisme résulte d’un échec de l’activation physiologique et de la réponse hormonale nécessaires pour répondre efficacement à une menace. Alors qu’une personne en bonne santé réagit avec succès à un combat ou à une fuite, la personne traumatisée reste souvent immobile, ce qui entraîne une réaction comportementale inconsciente [4]. Les thérapies complémentaires – en particulier la thérapie corps-esprit (TCE) – suscitent un intérêt croissant, car on pense qu’elles réduisent les symptômes liés aux traumatismes et la dysrégulation émotionnelle [5], [6]. Les thérapies corps- esprit se concentrent sur l’interaction entre le cerveau et le corps. L’objectif est de promouvoir l’influence de l’esprit sur le corps. La thérapie comprend généralement des approches psychologiques, comportementales, spirituelles et sociales, telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la méditation, le travail respiratoire et l’imagerie.

Des recherches ont montré que la TCE a un effet positif sur les symptômes du SSPT. Il s’agit notamment des effets thérapeutiques sur la réponse au stress, de la réduction de l’anxiété, de la dépression et de la colère, de l’augmentation de la tolérance à la douleur, de l’amélioration de l’estime de soi et de la capacité accrue à se détendre et à faire face au stress [6]. Diverses publications recommandent une thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme chez les patients souffrant de SSPT qui ont vécu une série d’événements traumatisants [7], [8], [9], [10]. 

Les thérapies pour le corps et l’esprit se concentrent sur la perception du corps par l’interoception et la proprioception ainsi que sur l’attention dans le but d’accepter et de ne pas juger. Les patients sont soutenus et guidés dans un processus de réorientation afin de devenir plus adaptables et résistants aux facteurs de stress perçus [11], [12]. Les TCE sont un outil efficace pour réguler la fonction vagale, notamment en améliorant l’autorégulation et la résilience du système nerveux autonome [13], [14], [15], [16].

Dans cet article, nous décrivons les principes de l’ostéopathie psychosomatique dans les traumatismes psychoémotionnels et les dysfonctionnements somatiques-énergétiques-psychiques en utilisant l’intégration bifocale dans le contexte des résultats de recherches disponibles. Nous incluons également un bref rapport de cas pour expliquer les différents éléments de cette approche de traitement dans la pratique clinique.

Mécanismes des thérapies du corps et de l'esprit

Les thérapies descendantes comme l’hypnose clinique, l’imagerie ou la méditation initient des processus mentaux conscients et volontaires au niveau du cortex cérébral [29]. Elles provoquent un changement dans les fonctions cérébrales, associé à une réorganisation des représentations neuronales au sein du SNC et à une amélioration de la communication bidirectionnelle entre le cortex cérébral et le système limbique et les structures du tronc cérébral qui régulent le comportement autonome, neuroendocrinien et émotionnel [21], [22], [23]. En revanche, les thérapies ascendantes (par exemple la relaxation musculaire progressive) fonctionnent en stimulant les récepteurs somatiques, viscéraux et/ou chimiosensoriels. Ils influencent les processus neuronaux et mentaux centraux par des chemins de signaux ascendants de la périphérie vers le cortex cérébral. Cela entraîne une augmentation de la variabilité du rythme cardiaque et une réduction de l’expression des cytokines [21], [24], [31], [32].

Taylor et al. proposent un modèle psychophysiologique intégratif pour illustrer les mécanismes sous-jacents de la TCE. Ils prennent en compte les différents niveaux de l’axe neuronal où ont lieu les interactions entre l’esprit et le corps [29]. Selon ce modèle, les symptômes de stress se manifestent par des troubles fonctionnels du réseau homéostatique exécutif, c’est-à-dire un déséquilibre dans l’activation du cortex préfrontal et des manifestations viscérales supérieures codées sur le cortex préfrontal, insulaire et cingulaire antérieur. Ces troubles se manifestent ensuite en périphérie par une réduction de la variabilité du rythme cardiaque et de l’expression des cytokines pro-inflammatoires [29]. Taylor et al. suggèrent qu’une TCE efficace induit des changements fonctionnels dans le but d’activer le réseau homéostatique exécutif régional, d’augmenter la variabilité du rythme cardiaque et de réduire la production de cytokines [29]. Les états comportementaux tels que le combat et la fuite, l’immobilisation/la sidération et l’évaluation des risques – avec les effets moteurs, autonomes et endocriniens associés – sont coordonnés par le mésencéphale périaqueductal gris (PAG) [17], [18], [19], [20]. Le PAG est relié à l’hypothalamus et au système limbique (en particulier l’amygdale et le cortex préfrontal) [18], [19] ainsi qu’à divers noyaux prémoteurs et autonomes du tronc cérébral qui coordonnent la respiration et le système moteur émotionnel [20]. L’ostéopathie psychosomatique tente d’intervenir à travers les réseaux neuroendocriniens mentionnés ci-dessus au moyen de différentes approches et techniques.

Neuroception de la sécurité dans la relation thérapeutique

Les recherches ont montré que la relation thérapeutique est essentielle pour obtenir un résultat thérapeutique souhaité et que les résultats thérapeutiques ne dépendent que très peu de l’utilisation de techniques spécifiques. [32], [33], [34].

Des résultats thérapeutiques efficaces ne sont possibles que si les patients se sentent en sécurité dans l’environnement thérapeutique. Le sentiment de sécurité des patients et le développement d’une relation thérapeutique saine dépendent souvent de la capacité du thérapeute à être pleinement présent et engagé [35], [36]. 

Geller et Porges citent comme conditions préalables à une telle relation le fait que le thérapeute soit ancré, centré et présent, ainsi qu’ouvert et réceptif aux expériences du patient [37]. Les auteurs suggèrent des caractéristiques spécifiques de la présence thérapeutique qui peuvent renforcer le sentiment de sécurité du patient. Par exemple, certains signaux non verbaux sont thérapeutiquement bénéfiques pour la communication avec le patient, comme une voix chaude, un contact visuel amical, une posture ouverte et réceptive. Grâce à une présence constante, le thérapeute peut réguler les réactions de stress du patient. Cette approche peut conduire à une relation synergique dans laquelle les réactions du patient peuvent être transformées au fil du temps en une interaction sociale non défensive [37]. Le thérapeute doit être sensible à l’expérience et à la physiologie du patient et doit encourager ce dernier à se sentir ouvert et présent [37]. En outre, les patients peuvent bénéficier d’exercices neuronaux qui favorisent l’expérience de la sécurité intérieure, tels que la respiration abdominale profonde, le jeu social, le yoga, la méditation, la pleine conscience et les expériences dans la nature [37].

Ostéopathie psychosomatique

Les expériences traumatisantes se manifestent souvent par une hyperactivité sympathique, des états d’excitation ou par un comportement d’immobilisation et de retrait. Avec le temps, ces réactions initialement vitales deviennent des facteurs de stress. Chez une personne traumatisée, peut se développer une réaction autonome qui maintient en permanence l’état défensif, de sorte que le système de défense ne peut plus être régulé à la baisse.

Même dans le cas de stress moins grave associé à des schémas dysfonctionnels d’expérience soma-énergétique, une thérapie réussie exige une compréhension des façons dont les grands et petits facteurs de stress quotidiens affectent la communication entre le corps et l’esprit, en particulier la capacité à prêter attention aux signaux internes des émotions liées au stress et à les interpréter.

En créant un environnement de confiance et de sécurité, combinant la palpation et la corégulation et l’attention du patient, les ostéopathes permettent à leurs patients de percevoir des schémas de réponse physique tels que l’interoception et d’améliorer leur capacité à reconnaître, accéder, comprendre et répondre de manière appropriée à des schémas de signaux internes et à augmenter leur propre régulation.

L’ostéopathie psychosomatique développée par l’un des auteurs (T.L.) intègre des dynamiques ascendantes et descendantes (voir ci-dessous) tant dans le diagnostic que dans le traitement et comprend d’une part des principes et modèles généraux, d’autre part différentes méthodologies, approches et techniques spécifiques pour le diagnostic et le traitement des schémas d’expérience somato-énergétique dysfonctionnelle (= complexes dysfonctionnels somatiques-énergétiques-psychiques) ainsi qu’une pratique de palpation spécifique. La palpation des tissus tient compte de la dynamique du développement humain et intègre des éléments de techniques de respiration issus du yoga, du travail sur les ressources, de la psychologie positive, de la stimulation bifocale et bilatérale, de la stimulation du nerf vague [47], de la méditation Vipassana et de la thérapie corporelle, de la programmation corporelle neuro-linguistique et de l’hypnose, de la vibration myofasciale, de l’expérience somatique, de la communication non violente et de la pleine conscience.

Parmi les approches et les techniques, citons la palpation ostéopathique centrée sur le cœur (voir encadré) et le „Felt Sense“ ostéopathique, un processus dans lequel l’ostéopathe palpe les régions présentant le plus grand débit rythmique et la plus grande vitalité tandis que le patient se concentre sur les sensations associées aux régions palpées [38], et l’intégration bifocale. Ces approches permettent au patient de comprendre la relation entre le dysfonctionnement, le dysfonctionnement somatique et les facteurs internes et externes [39] et de résoudre les schémas somato-énergétiques stressants de l’expérience.

 

Indications – Les indications possibles d’un traitement ostéopathique psychosomatique sont les suivantes

  • en cas d’apparition d’expériences stressantes, de souvenirs ou d’états d’excitation lors d’un traitement ostéopathique ou d’une palpation
  • schémas dysfonctionnels de l’expérience énergétique des soma
  • les douleurs chroniques 
  • les déclencheurs actuels et les schémas habituels limitant la vie quotidienne
  • les émotions négatives, telles que les peurs, les phobies et les comportements de dépendance
  • des dysfonctionnements chroniques avec des composantes psychologiques, comme d’éventuels troubles de l’apprentissage
  • Traumatismes

Palpation ostéopathique centrée sur le cœur pour la régulation neurovégétative et le traitement des patients souffrant de traumatismes psychologiques [38]

  • 1 Synchronisation de la perception de la conscience corporelle, de l’éveil et des émotions
  • 2 Palpation du champ cardiaque
  • 3 Harmonisation du cœur, de l’abdomen et de la tête
  • 4a Palpation du cœur par l’ostéopathe
  • 4b Palpation du cœur par le patient
  • 5 Identification du point final de la palpation
  • 6 Contact visuel entre le patient et le thérapeute afin que le patient puisse établir une nouvelle relation entre la perception intérieure et la perception sensorielle de l’environnement
  • 7 Équilibre vertical entre le vertex, la région pelvienne et la plante des pieds en utilisant la respiration

À l’aide de ces techniques (et d’une confrontation traumatique corégulée et adaptée individuellement pendant le traitement – par exemple, l’intégration bifocale), le patient peut de plus en plus associer les expériences traumatiques à une sensation corporelle détendue, par exemple une respiration calme, un rythme cardiaque régulier et des muscles faciaux détendus. Cet état est atteint et renforcé par les nerfs afférents vagaux cardiopulmonaires et trijumeaux (provenant de capteurs du système myofascial facial) qui activent les circuits limbique-préfrontal du PAG.

Si le patient dispose de ressources suffisantes, il prendra également conscience de ses circonstances de vie, de ses expériences, de son comportement et de ses sentiments actuels au cours du traitement et reconnaîtra les troubles et dysfonctionnements associés. Le patient est activement impliqué dans le processus de guérison. Grâce au traitement, le patient doit acquérir des compétences pour accéder progressivement à cet état de détente dans la vie quotidienne. En outre, le patient est encouragé à se concentrer sur le présent plutôt que sur le passé, à reconnaître et à admettre ses limites, à établir des relations positives et épanouissantes avec lui-même et avec les autres, et à poursuivre des objectifs qui donnent un sens à sa vie [30]. 

Le patient a plus de chances de se sentir en sécurité s’il se trouve dans une atmosphère de traitement calme et s’il rencontre un thérapeute sensible qui a de bonnes capacités de communication, qui pratique un style de palpation détendu et qui effectue les traitements sans contrainte de temps [39]. Elkiss et Jerome ont souligné qu’en outre, une connexion puissante et intime s’établit entre le thérapeute qui touche et le patient qui est touché, ce qui complète la communication verbale empathique et soutient la guérison thérapeutique synchronisée [40].

La base de l’ostéopathie psychosomatique est l’intégration de la dynamique descendante et ascendante dans le diagnostic et la thérapie (Fig. 1). 

fig

* Le dysfonctionnement somatique, dans une perspective intégrative, est un schéma/complexe multimodal et holarchique, qui interagit et s’associe, non seulement comme un schéma tissulaire palpable, mais d’une manière spécifique dans des références ascendantes et descendantes – intégrées dans des contextes intersubjectifs et biosociaux. En bref, on peut le décrire comme un complexe d’expérience tissulaire et énergétique [42].

Fig. 1 : Intégration des processus top-down et bottom-up dans la rencontre thérapeutique. En cas de dysfonctionnement et également pendant la convalescence, diverses dynamiques ascendantes et descendantes interagissent en tant que mécanismes descendants et ascendants entre les tissus périphériques et le cerveau, y compris le système immunitaire et le système nerveux. Ils contribuent à la fois à la santé physique et mentale. Par exemple, la croyance que „la vie est incertaine“ peut déclencher des émotions telles que l’anxiété dans le système limbique, entraînant une activité sympathique accrue avec une respiration rapide et peu profonde et des manifestations physiques telles que des maux de tête de tension, des mains mouillées et froides et des tensions dans le cou et les épaules 

Le traitement par ostéopathie psychosomatique est divisé en quatre phases/aspects :

  • 1. établissement de la relation thérapeutique, y compris les diagnostics
  • 2. phase de stabilisation
  • 3. phase d’intégration/confrontation, par exemple avec une intégration bifocale
  • 4. l’intégration dans la vie quotidienne

Chacune de ces phases/aspects est caractérisée par des processus spécifiques. Même si elles se construisent les unes sur les autres, elles ne sont pas strictement séparées les unes des autres. Par exemple, la relation thérapeutique est essentielle pendant toute la durée du traitement. De plus, les ressources de stabilisation dans la phase d’intégration/confrontation sont adaptées individuellement et appliquées en doses comme une co-régulation.

Établissement de la relation thérapeutique

Au cours de cette phase, les objectifs du traitement sont discutés et convenus, et une relation thérapeutique transparente et stable est établie. Le patient et le thérapeute reconnaissent les besoins du patient (par exemple, pour garder le contrôle) et les stratégies d’adaptation [41]. Dans cette phase, il est crucial de ralentir le processus thérapeutique. Le thérapeute confirme la présence de centres émotionnels dans le corps en palpant les tensions autour du plexus solaire ou du plexus cœliaque, de la région suboccipitale, du cou, des yeux et du cœur, et en examinant les zones de transition dans la colonne vertébrale et d’autres signes possibles de stress traumatique. La palpation comprend par exemple le ganglion cœliaque, les autres ganglions sympathiques, la région du cœur, la gorge, la région sous-occipitale, les yeux, la sensibilisation périphérique et centrale, les gradients de pression et les tests de réflexes.

 

Phase de stabilisation

Pendant la phase de stabilisation, l’accent est mis sur les concepts de réduction du stress, notamment l’identification de stratégies d’adaptation, la compréhension des conséquences d’un traumatisme, les exercices de réduction du stress, la différenciation et la régulation des émotions/effets et le développement de la confiance. Cette phase comprend également la psychoéducation. D’autres facteurs de stress qui peuvent contribuer à l’état actuel sont pris en compte, tels que le stress psychologique, les facteurs sociaux, certains aliments et xénobiotiques, les infections, la nicotine, l’abus d’alcool ou de drogues, le stress oxydatif, la pollution électromagnétique, le microbiome intestinal et la sédentarité. 

Les méthodes utilisées dans cette phase renforcent l’état émotionnel du patient afin d’ouvrir la possibilité d’approches conflictuelles des problèmes stressants dans les phases ultérieures du traitement. Cela inclut également la thérapie ostéopathique fonctionnelle de manipulation des parties du corps dans lesquelles les effets du traumatisme psychologique se manifestent.

Phase d'intégration/confrontation

Dans cette phase, les complexes dysfonctionnels somatiques-énergétiques-psychiques, les charges, les douleurs chroniques, le stress ou les expériences traumatiques non traitées sont traités et intégrés dans un cadre clairement défini – au moyen d’une activation dosée et d’une corégulation simultanée par le thérapeute. Une légère activation est nécessaire pour pouvoir travailler avec des expériences stressantes et non traitées. En même temps, il est essentiel d’éviter toute forme de retraumatisation. Plusieurs approches et techniques sont possibles ici. La procédure est illustrée ci-dessous à titre d’exemple avec une description simplifiée de l’intégration bifocale développée par l’un des auteurs (T.L.). Cela inclut une pratique spécifique de palpation ostéopathique, une alternance de focalisation bifocale, la corégulation, l’ancrage et la perception de l’interception, les sensations corporelles, l’éveil, les émotions, les pensées et les images, les interventions respiratoires, l’écoute réflexive, etc. 

Intégration dans la vie quotidienne

Une étape importante pour les patients est l’intégration de leurs progrès dans la vie quotidienne. Pendant le traitement, les compétences essentielles pour cette intégration sont continuellement encouragées, par exemple la présence, la confiance en soi et l’ouverture à la vie [44]. En étant capable de se percevoir et de se réguler dans un état de conscience des sensations physiques, des états d’excitation souples, des sentiments et des pensées en résonance avec les influences externes et internes, les patients finissent par éprouver une vitalité, une connectivité et une présence croissantes qui ne soutiennent plus les schémas dysfonctionnels et les contractions de soi [43].

Il est essentiel en ostéopathie psychosomatique en général et en IRM en particulier que les découvertes et „techniques“ respectives ne puissent se développer que dans une relation thérapeutique appropriée. Cela dépend de la capacité de l’ostéopathe à être conscient des qualités des tissus, des sensations corporelles, de l’excitation, des émotions, des cognitions dans sa propre expérience et dans les interactions relationnelles avec le patient, afin de permettre une intervention et une co-régulation appropriées et ajustées.

Méthodologie de l'intégration bifocale

  • 1ère préparation : Au début, la procédure est expliquée et un signal d’arrêt est convenu au cas où le patient – pour quelque raison que ce soit – voudrait s’arrêter. Cela lui permet de contrôler le déroulement du traitement. Par la suite, des ressources indépendantes de la souche respective sont ancrées, comme une étreinte de papillon ou un lieu sûr, etc. 
  • 2. identification et évaluation du stress : le patient identifie et se concentre sur la situation/image/émotion/douleur la plus stressante, etc. et l’évalue sur une échelle de 0 à 10.
  • 3. localisation de la région de stress associée : le patient perçoit la région du corps qui réagit le plus fortement lorsqu’il se concentre sur l’image/situation de stress. Il peut être nécessaire d’aider le patient, par exemple par une écoute réfléchie, à percevoir les sensations/interceptions corporelles, à diriger l’attention vers elles et/ou à développer un réglage fin de l’attention. 
  • 4. localisation de la direction de vision du stress associée : la direction de vision qui augmente le niveau d’excitation du stress dans la région du corps mentionnée est ajustée au moyen d’un retour d’information du patient. 
  • 5. localisation de la région ressource correspondante : le patient identifie la région du corps qui se sent le plus à l’aise ; il peut être nécessaire de soutenir le patient, par exemple par une écoute réflexive, pour percevoir les sensations/interceptions du corps, pour diriger l’attention vers elles et/ou pour développer un réglage fin de l’attention.
  • 6. localisation de l’orientation de vision de la ressource associée : l’orientation de vision qui augmente le bien-être et le sentiment agréable dans la région du corps mentionnée est ajustée au moyen d’un retour d’information du patient. 
  • 7e palpation : Le thérapeute palpe la région de stress et/ou la région de ressources ainsi que les schémas de stress et de ressources associés en fonction des réactions qui se produisent chez le patient. Cette palpation est effectuée selon des paramètres précisément définis de tonalité, d’approximation tridimensionnelle, de palpation en couches, de champ de compression, de processus centrifuge, de réglage fin et de procédures spécifiques pour la régulation vers le haut et vers le bas des états d’excitation, etc. ainsi que d’autres méthodes spécifiques d’attention palpatoire.
  • 8. les perceptions du champ corporel sont suivies 
  • 9. l’alternance rythmique de la mise au point : le patient déplace dynamiquement et à sa propre vitesse la mise au point entre les deux lignes de vision identifiées. Par exemple, la fréquence de la mise au point alternée doit être choisie de manière à ce qu’elle soit confortable pour le patient et l’aide à entrer dans un état de flux/écoulement caractérisé par une attention sans effort et une expérience automatique.
  • 10. dynamique du processus : le patient est invité à être surpris dans un „état de flux“ sans attente et à être ouvert à tout ce qui se passe ou qui pénètre dans sa conscience. Il peut s’agir de certaines sensations corporelles, d’états d’excitation, de sentiments, de pensées, de perceptions, de souvenirs, d’images, etc. Avec seulement une légère excitation/réveil, le processus se déroule à sa propre vitesse et dynamique et seulement avec le plus petit degré d’intervention du thérapeute.
  • 11. corégulation et ressources : le thérapeute agit comme corégulateur pour soutenir l’état de flux et le traitement associatif ou pour réguler l’éveil. Il identifie le degré d’excitation à chaque moment du processus à l’aide de marqueurs somatiques tels que la respiration, la fréquence cardiaque, la variabilité du rythme cardiaque, les expressions faciales du patient, la taille de la pupille, la posture ou d’autres réactions du corps. Dans la dynamique des processus, il existe un nombre pratiquement infini de ressources et de possibilités de co-régulation pour maintenir le processus dans un état dynamique d’équilibre et de flux et adapté à la zone d’apprentissage proximale changeante du patient. Le thérapeute apporte son soutien, par exemple, pour faire la distinction entre penser et ressentir, dans la crainte de rencontrer des sensations physiques ou des sentiments désagréables, etc. Par le biais des 5 canaux sensoriels (visuel, auditif, kinesthésique, olfactif, gustatif et d’interception ; VAKOGI), du comportement et de l’émotion et de leur signification, le patient est aidé, si nécessaire, à préciser et à compléter le contenu de l’expérience. Le cas échéant, le patient est informé de certaines sensations corporelles (interoception) ou réactions corporelles „Pouvez-vous sentir comment vous avez pris une profonde respiration ? „D’autres corégulations possibles sont : conscience de la respiration (en cas d’excitation accrue, le patient est invité à respirer dans l’abdomen et à respirer plus lentement, en cas de léger état de „gel“, à respirer doucement plus profondément), modification de la région et des qualités de la palpation, équilibrage du système nerveux autonome, stimulation du nerf vague [47], Changement de la direction du regard, de la posture/position/mouvement et de l’expression du visage, ralentissement du processus, modification des sous-modalités de la perception sensorielle (dissociation, association), musique au moyen de sons bilatéraux et induction d’ondes alpha z. par exemple le CD „Grounding Waves“ de T Liem 2018, les vibrations myofasciales intrinsèques, l’ajout d’archétypes, le guérisseur intérieur, etc. 
  • 12. presser le citron : à la fin du traitement, lorsque l’evaluation a atteint 0-1 de 10, le patient peut essayer d’augmenter toute excitation associée à la situation vécue, afin de rendre accessibles d’autres expositions possibles d’un traitement, si nécessaire.
  • 13 Ancrage [48] : Le traitement peut conduire à des perceptions du patient qui se caractérisent par une compréhension modifiée, par exemple en ce qui concerne ses propres références et relations de vie (voir l’encadré „Contexte“), et/ou à une prise de conscience accrue. Si de tels aperçus et/ou changements de conscience se produisent et lorsque la charge est relâchée (charge de 0 à 1 sur 10), un ancrage peut être effectué. Par exemple, le patient peut se concentrer sur la sensation et les autres qualités de la partie du corps la plus agréable en fermant les yeux et en effectuant une étreinte papillon. Le patient se voit alors accorder l’espace et le temps nécessaires pour ouvrir les yeux à partir de cette expérience et éventuellement établir un contact visuel.
  • 14. voûte et autres techniques de distanciation : Si le temps du traitement est terminé ou si le traitement est interrompu pour toute autre raison et qu’il y a une charge supérieure à 2 sur 10, le contenu de la conscience de la charge peut être „stocké“ dans un coffre-fort visualisé ou au moyen d’autres techniques de distanciation jusqu’au prochain rendez-vous.
  • 15e réévaluation : à la fin, le patient est invité à verbaliser les points saillants du traitement et à donner des indications significatives. Cela permet d’intégrer le traitement et de mettre en œuvre les connaissances et les compétences acquises dans la vie quotidienne.

Contexte

Cela inclut, par exemple, une nouvelle prise de conscience des liens entre les sensations physiques (par exemple, la tension dans le cou et les épaules) et les sentiments (par exemple, l’anxiété) et certains schémas de croyance (par exemple, „la vie est incertaine“) ainsi que les problèmes de santé et les circonstances de la vie (par exemple, les maux de tête dus à la tension et les limites non dites du triple rôle de travailleur, de mère et de partenaire vis-à-vis du mari). Cette nouvelle prise de conscience ou/et cet aperçu permet, entre autres, une meilleure résilience, une régulation émotionnelle et la promotion de la flexibilité comportementale dans sa propre vie.

Au cours du processus, le patient reste en contact avec ses ressources et avec les détails de son traumatisme, tandis que le thérapeute s’assure que le patient, qui est normalement dans un état d’éveil sympathique léger, est simultanément ancré dans la relaxation [41]. Une légère surexcitation du système nerveux sympathique peut se produire lorsque le patient entre mentalement en contact avec des situations ou des expériences traumatisantes stressantes. Pendant toute la durée du traitement, le thérapeute agit en tant que co-régulateur. L’intervention ostéopathique doit viser à prévenir la surexcitation du système nerveux sympathique en stimulant les circuits PAG limbiques. Ce processus est caractérisé par une dynamique de transformation. La principale question à laquelle il faut répondre n’est pas „Qu’est-ce que c’est“ mais „Que se passe-t-il ? [42], [43]. 

Pour accompagner l’expérience intérieure du traitement, la palpation des tissus est essentielle. La palpation et les interactions énergétiques dans les champs du corps sont combinées avec la respiration, la vibration myofasciale, la méditation, la double conscience et le dialogue intérieur, la stimulation du nerf vague [47]. Les patients perçoivent leur interoception de manière différenciée, les souvenirs implicites deviennent explicites [39].

Rapport de cas

Une femme de 42 ans s’est présentée avec un mal de dos dont elle souffrait depuis de nombreuses années. Son dossier médical contenait des preuves de stress prénatal et d’abus physique pendant l’enfance. Elle a été testée positive pour des expériences d’enfance défavorables (5 points sur 10). Certains événements de son enfance – en particulier entre 5 et 7 ans, lorsqu’elle a été victime de violences physiques – ont encore été très stressants pour elle (9,5 points sur 10 sur une échelle de notation numérique pour évaluer le niveau de stress ; où 0 signifie aucun stress et 10 le pire stress imaginable).

Un examen structurel ostéopathique complet a été effectué pour évaluer, entre autres, les asymétries et la sensibilité (à la douleur) [45]. Après s’être assuré que des ressources suffisantes étaient disponibles, l’intégration bifocale multimodale a été lancée. Adapté à la méthode récemment développée de „brain spotting“ [46], le patient a imaginé le moment le plus perturbant de la situation traumatique spécifique et a localisé la région du corps qui a réagi le plus désagréablement – dans ce cas le plexus solaire, qui ressemblait à un poing serré. La position des yeux qui a intensifié cette sensation physique désagréable a été identifiée. Pour ce faire, on a demandé à la patiente de déplacer lentement son regard horizontalement puis verticalement pour trouver la ligne de vision qui augmente le stress.

Ensuite, la région du corps qui se sentait le plus à l’aise a été localisée. Il s’agit de la région du sternum qui était forte à la palpation. On a ensuite trouvé la position des yeux qui renforçait cette agréable sensation corporelle (direction du regard qui augmente les ressources).

On a demandé à la patiente de déplacer ses yeux de façon rythmée d’avant en arrière, de la ligne de vision qui favorise les ressources à la ligne de vision qui est difficile à atteindre. Le thérapeute a palpé la région du sternum et a suivi les micro mouvements des tissus. Il a ensuite palpé la région du plexus solaire et a également suivi les micro-mouvements du tissu.

Dans le même temps, le thérapeute a enregistré tous les signes végétatifs de la patiente (par exemple, la respiration) et lui a demandé de rester ouverte à tout ce qui se passait. Dans les 30 minutes qui ont suivi, la charge subjective sur l’échelle de stress est passée de 9,5 à 0,5. La tension dans le plexus solaire a également diminué. La respiration, qui s’était légèrement accélérée pendant le traitement, est devenue plus profonde et plus lente.

Trois semaines plus tard, le patient a de nouveau évalué le stress perçu au début de la séance avec 6 points sur 10 sur l’échelle de stress. Au cours de deux autres traitements, le stress perçu a cependant atteint en permanence la valeur 0. D’autres interventions ont suivi, et le patient a également effectué des exercices de réduction du stress, de différenciation des affects et de régulation de manière indépendante entre les séances.

 

Conclusion

Le modèle neuro-psycho-physiologique de traumatisme psycho-émotionnel présenté offre une approche explicative des effets possibles de l’ostéopathie psychosomatique en utilisant l’exemple de l’intégration bifocale incluant une interaction efficace entre le patient et le thérapeute. La première étape, et la plus importante, consiste à établir la confiance et à créer un sentiment de sécurité pour le patient. Elle est suivie par la phase de stabilisation avec des exercices de réduction du stress et l’intégration de stratégies d’adaptation. Dans la phase d’intégration/confrontation, le complexe dysfonctionnel tissu-énergie vécu, l’événement traumatique ou le stress est traité dans un cadre défini. Cela inclut la palpation des tissus, l’ancrage des ressources, la double conscience du VAKOGI, la stimulation du nerf vague [47] etc., la corégulation constante par le thérapeute et le travail de sensibilisation active du patient. Enfin, le patient est encouragé à intégrer les compétences acquises et la confiance en soi émotionnelle et sociale nouvellement acquise dans la vie quotidienne.

Références
  1. Van der Kolk BA, Fissler R. Dissociation and the fragmentary nature of traumatic memories: overview and exploratory study. J Trauma Stress 1995; 8 (4): 505–525. doi: 10.1007/bf02102887
  2. Giller E. What is psychological trauma? https://www.sidran.org/resources/for-survivors-and-loved-ones/what-is-psychological-trauma/. 15.12.2018
  3. Allen JG. Coping with trauma: a guide to self-understanding. Washington, DC: American Psychiatric Press; 1995
  4. Van der Kolk BA. Clinical implications of neuroscience research in PTSD. Ann NY Acad Sci 2006; 1071 (1): 277–293. doi: 10.1196/annals.1364.022
  5. Wynn GH. Complementary and alternative medicine approaches in the treatment of PTSD. Curr Psychiatry Rep 2015; 17 (8): 600. doi: 10.1007/s11920–015–0600–2
  6. Kim SH, Schneider SM, Kravitz L, Mermier C, Burge MR. Mind-body practices for posttraumatic stress disorder. J Investig Med 2013; 61 (5): 827–834. doi: 10.2310/JIM.0b013e3182906862
  7. National Institute for Health and Care Excellence (NICE). NICE guideline [NG116]: Post-traumatic stress disorder (December 2018). https://www.nice.org.uk/guidance/ng116/chapter/Recommendations#management-of-ptsd-inchildren-young-people-and-adults. Abgerufen 1.2.2019
  8. American Psychological Association. Clinical practice guideline for the treatment of PTSD. Washington, DC: American Psychological Association; 2017. https://www.apa.org/ptsd-guideline/ptsd.pdf. Abgerufen 1.2.2019
  9. Kar N. Cognitive behavioral therapy for the treatment of post-traumatic stress disorder: a review. Neuropsychiatr Dis Treat 2011; 7: 167–181. doi: 10.2147/NDT.S10389
  10. Cusack K, Jonas DE, Forneris CA, et al. Psychological treatments foradults with posttraumatic stress disorder: a systematic review and meta-analysis. Clin Psychol Rev 2016; 1 (43): 128–141. doi: 10.1016/j. cpr.2015.10.003
  11. Mehling WE, Wrubel J, Daubenmier JJ, et al. Body awareness: aphenomenological inquiry into the common ground of mind-body therapies. Philos Ethics Humanit Med 2011; 6 (1): 1. doi: 10.1186/1747–5341–6–6
  12. Farb N, Daubenmier J, Price CJ, et al. Interoception, contemplative practice, and health. Front Psychol. 2015; 6: 763. doi: 10.3389/fpsyg.2015.00763
  13. Porges SW and Carter CS. Polyvagal theory and the socialengagement system: neurophysiological bridge between connectedness and health. In: Gerbarg PL, Muskin PR, Brown RP, eds. Complementary and integrative treatments in psychiatric practice. Arlington, VA: American Psychiatric Association Publishing; 2017: 221–240
  14. Schmalzl L, Powers C, Henje Blom E. Neurophysiological and neurocognitive mechanisms underlying the effects of yoga-based practices: towards a comprehensive theoretical framework. Front Hum Neurosci 2015; 9: 235. doi: 10.3389/fnhum.2015.00235
  15. Streeter CC, Gerbarg PL, Saper RB, Ciraulo DA, Brown RP. Effects of yoga on the autonomic nervous system, gamma-aminobutyric-acid, and allostasis in epilepsy, depression, and post-traumatic stress disorder. Med Hypotheses 2012; 78 (5): 571–579. doi: 10.1016/j. mehy.2012.01.021
  16. Muehsam D, Lutgendorf S, Mills PJ, et al. The embodied mind: areview on functional genomic and neurological correlates of mind-body therapies. Neurosci Biobehav Rev 2017; 73: 165–181. doi: 10.1016/j. neubiorev.2016.12.027
  17. Deng H, Xiao X, Wang Z. Periaqueductal gray neuronal activities underlie different aspects of defensive behaviors. J Neurosci 2016; 36 (29): 7580–7588. doi: 10.1523/JNEUROSCI.4425–15.2016
  18. Roelofs K. Freeze for action: neurobiological mechanisms in animaland human freezing. Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci 2017; 372 (1718): 20160206. doi: 10.1098/rstb.2016.0206
  19. Jänig W. The integrative action of the autonomic nervous system. Cambridge, UK: Cambridge University Press; 2006
  20. Holstege G. The periaqueductal gray controls brainstem emotional motor systems including respiration. Prog Brain Res 2014; 209: 379–405. doi: 10.1016/B978–0–444–63274–6.00020–5
  21. Craig AD. How do you feel? Interoception: the sense of the physiological condition of the body. Nat Rev Neurosci 2002; 3 (8): 655–666
  22. Critchley HD, Mathias CJ, Dolan RJ. Neuroanatomical basis for first and second-order representations of bodily states. Nat Neurosci 2001; 4 (2): 207–212
  23. Saper CB. The central autonomic nervous system: conscious visceral perception and autonomic pattern generation. Annu Rev Neurosci 2002; 25: 433–469
  24. Berthoud HR, Neuhuber WL. Functional and chemical anatomy of the afferent vagal system. Auton Neurosci 2000; 85 (1–3): 1–17
  25. Klarer M, Arnold M, Günther L, Winter C, Langhans W, Meyer U. Gut vagal afferents differentially modulate innate anxiety and learned fear. J Neurosci 2014; 34 (21): 7067–7076
  26. Klarer M, Krieger JP, Richetto J, et al. Abdominal vagal afferents modulate the brain transcriptome and behaviors relevant to schizophrenia. J Neurosci 2018; 38: 1634–1647. doi: 10.1523/JNEUROSCI.0813–17.2017
  27. Foreman RD, Qin C, Jou CJ. Spinothalamic system and viscerosomatic motor reflexes: functional organization of cardiac and somatic input. In: King HH, Jänig W, Patterson MM, eds. The science and clinical application of manual therapy. Edinburgh, Scotland: Churchill Livingstone Elsevier; 2011: 11–127
  28. Jänig W, Green P. Acute inflammation in the joint: its control by the sympathetic nervous system and neuroendocrine systems. Auton Neurosci 2014; 182: 42–54. doi: 10.1016/j.autneu.2014.01.001
  29. Taylor AG, Goehler LE, Galper DI, Innes KE, Bourguignon C. Top-down and bottom-up mechanisms in mind-body medicine: development of an integrative framework for psychophysiological research. Explore (NY) 2010; 6 (1): 29–41. doi: 10.1016/j. explore.2009.10.004
  30. Janig W. Neurobiology of visceral afferent neurons: neuroanatomy, functions, organ regulations and sensations. Biol Psychol 1996; 42 (1–2): 29–51. doi: 10.1016/0301–0511 (95)05145–7
  31. Verberne AJ, Saita M, Sartor DM. Chemical stimulation of vagal afferent neurons and sympathetic vasomotor tone. Brain Res Brain Res Rev 2003; 41 (2–3): 288–305. doi: 10.1016/s0165–0173 (02)00269–2
  32. Duncan BL, Moynihan DW. Applying outcome research: intentional utilization of the client’s frame of reference. Psychother Theory Res Pract Train 1994; 31 (2): 294
  33. Lambert MJ, Simon W. The therapeutic relationship: central and essential in psychotherapy outcome. In: Hick SF, Bien T, eds. Mindfulness and the therapeutic relationship. New York, NY: Guilford Press; 2008: 19–33
  34. Martin DJ, Garske JP, Davis MK. Relation of the therapeutic alliance with outcome and other variables: a meta-analytic review. J Consult Clin Psychol 2000; 68 (3): 438
  35. Geller SM, Greenberg LS. Therapeutic presence: a mindful approach to effective therapy. Washington, DC: American Psychological Association; 2012
  36. Siegel DJ. Mindsight: The new science of personal transformation. New York, NY: Bantam Books; 2010
  37. Geller SM, Porges SW. Therapeutic presence: neurophysiologicalmechanisms mediating feeling safe in therapeutic relationships. J Psychother Integrat 2014; 24 (3): 178
  38. Liem T. Kraniosakrale Osteopathie, 7th ed. Stuttgart: Thieme; 2018
  39. Porges SW, Liem T. Die Polyvagaltheorie in der Osteopathie. Ost Med 2016; 17 (2): 14–20. doi: 10.1016/S1615–9071 (16)30012–0
  40. Elkiss ML, Jerome JA. Touch – more than a basic science. J Am Osteopath Assoc 2012; 112 (8): 514–517
  41. Liem T, Van den Heede P. Morphodynamics in osteopathy. An integrative approach to cranium, nervous system and emotions. Pencaitland (Schottland): Handspring; 2016
  42. Liem T. Morphodynamik in der Osteopathie, 2nd ed. Stuttgart: Haug; 2013
  43. Liem T. Wechselseitige Beziehungsdynamiken und subjektive Ansätze in der Osteopathie. Ost Med 2011; 12 (2): 4–7
  44. Liem T. Osteopathie und (Hatha-)Yoga. Ost Med 2009; 10 (1): 21–27
  45. Fennig GA, Shubrook JH. Inpatient osteopathic structural examinations: is „ed tape“ getting in the way of personalized patient care? J Am Osteopath Assoc 2008; 108 (7): 327–332
  46. What is brainspotting? Brainspotting website. https://brainspotting.com/about-bsp/what-is-brainspotting/. Aufgerufen 1.2.2019
  47. Liem T. Praxis der Kraniosakralen Osteopathie. Thieme, Stuttgart; 2019
  48. Liem T, Van den Heede P. Foundations of Morphodynamics in Osteopathy: An Integrative Approach to Cranium, Nervous System, and Emotions. 2017. Handspring Publishing Limited, Pencaitland.
Source Dans Anlehnung an Liem T, Neuhuber W. Osteopathic Treatment Approach to Psychoemotional Trauma by Means of Bifocal Integration. Journal of the American Osteopathic Association March 2020, Vol 120 (3) : 180-189, mit freundlicher Genehmigung. Adresses de correspondance Torsten Liem École d’ostéopathie en Allemagne OSD Mexikoring 19 22297 Hambourg tliem@osteopathieschule.de   Winfried Neuhuber Institut d’anatomie  Université Friedrich-Alexander de Nuremberg-Erlangen Krankenhausstraße 9 91054 Erlangen winfried.neuhuber@fau.de  

Mehr
Artikel